Histoire et Culture

Le sable

La dominance d'un climat (plus ou moins) aride soumet une grande partie du territoire marocain au risque d'accumulation de sable et d'érosion éolienne. La dominance d’un climat (plus ou moins) aride soumet une grande partie du territoire marocain au {{risque d’accumulation de sable et d’érosion éolienne}}. La nature de l’ensablement varie selon l’ampleur, les formes d’accumulation et l’origine du sable, mais globalement, on peut distinguer l’{{ensablement continental}} (qui menace en particulier une zone localisée au sud de l’Anti-Atlas) de l’{{ensablement côtier}}, tel qu’on peut l’observer à Tintafoukt. Le phénomène d’ensablement traduit {{un déséquilibre de l’écosystème}} provoqué par la conjonction de facteurs humains et naturels. L’urbanisation et la surexploitation des ressources par la population (agriculture intensive et surpâturage provoque un appauvrissement de la terre) accélèrent la dégradation des milieux naturels. Dès lors que les conditions de sol, de climat et de végétation offrent un terrain favorable (sol meuble, friable et sec, végétation rare, sécheresse récurrente limitant la croissance végétale), l’érosion éolienne déclenche la spirale de l’ensablement. Manifestation la plus spectaculaire de la désertification, {{l’ensablement constitue une préoccupation environnementale majeure au Maroc, où les premiers travaux de lutte contre ce phénomène remontent à 1915 à Essaouira}}. Le principe de cette lutte repose sur l’installation d’obstacles perpendiculairement à la direction du vent dominant, ainsi que sur la couverture du sol par des branchages (thuya, genévrier…) et la plantation régulière d’arbres adaptés (eucalyptus et acacia).
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique