Excursions à pied, en voiture, circuits

La vallée du Todra

D'abord habitée par une population à  la peau très foncée venant du Sud, la vallée du Todra vit arriver des Hébreux à  partir du IVe siècle, artisans ou commerçants qui cherchaient la protection des villages...

D’abord habitée par une population à la peau très foncée venant du Sud, la vallée du Todra vit arriver des Hébreux à partir du IVe siècle, artisans ou commerçants qui cherchaient la protection des villages. Paysans noirs et artisans juifs ne tardèrent pas à être soumis à la domination des Berbères nomades des tribus de la vallée du Draâ, les « Aït Ou Draâ », qui donnèrent son nom à la vallée.

 
Située sur le passage des caravanes en provenance du Soudan, la vallée du Todra possédait une importance stratégique, accentuée par la présence d’une mine d’argent. Au IXe siècle la dynastie Idrisside émit sa monnaie de dirhams à Todra, donnant à la région un essor économique considérable.
La région connut aussi des périodes de troubles liés aux conflits opposant les tribus. Pour s’abriter des agressions des tribus ennemies, les habitants vivaient en communauté dans des ksars, ensembles de maisons accolées et entourées d’une muraille dotée de portes gardées.
Les groupes familiaux plus réduits optaient pour un modèle d’habitation fortifiée à trois ou quatre niveaux doté lui aussi de tours de garde. Ces tighremt (diminutif d’Ighrem) sont aujourd’hui connus sous le nom de kasbah. Un troisième type de construction très courant dans cette vallée est l’agoudim, tour de surveillance érigée sur un promontoire.

 

Vous observerez en parcourant la vallée ces différents types de constructions, jadis disséminées de part et d’autre de l’oued pour protéger les activités agricoles.

 

 

 

Palmeraie :

 

 

 


 

 

 

Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique