Sites à visiter

La palmeraie de Todra

Le village de Tizgui - Aà¯t Ousaln se trouve au cœur d'une forêt verdoyante où aux palmiers-dattiers se mêlent des arbres de toutes essences, au pied desquels poussent de nombreux produits du potager. Le village de Tizgui - Aït Ousaln se trouve au cœur d’une forêt verdoyante où aux palmiers-dattiers se mêlent des arbres de toutes essences, au pied desquels poussent de nombreux produits du potager. Le palmier-dattier est pour les villageois {{l’arbre de vie}} : ses fruits, ses feuilles et son bois forment la base de l’économie locale. Les dattes proviennent des pieds femelles, qui doivent être pollinisés. L’opération de pollinisation est le plus souvent faite à la main, pour ne pas laisser au hasard du vent une opération aussi vitale pour la palmeraie. Pour croître et produire en quantité, le palmier a besoin d’une grande quantité d’eau. Dans la partie nord de la vallée, l’eau provient directement de l’oued Todra, dont le débit plus ou moins important selon la saison est régulé par la construction de petits barrages, {{uggug}}. Un peu plus loin dans la vallée, lorsque l’eau disparaît de la surface, des puits creusés à intervalles réguliers et reliés par des canalisations souterraines, les {{khettarras}}, permettent d’assurer l’irrigation des terres cultivées. Désigné chaque année par les villageois, {{l’amghar (gardien) veille sur l’organisation des jardins, de l’irrigation et de la cueillette}} ; il est habilité à donner des amendes aux contrevenants.  Aujourd’hui, cet équilibre écologique et social est menacé : par le bayoud (champignon qui attaque les arbres) et par l’absence de système d’assainissement qui entraîne une pollution des eaux souterraines et met la palmeraie en grand danger.
Site propulsé par l'Atelier du code et du data, chantier d'insertion numérique